Le cannabis


L'accroissement dans le reste du monde de la production et du trafic de marijuana sont alors préoccupants et plusieurs gouvernements commencèrent à s'inquiéter. En 1925, la convention internationale de Genève est acceptée par la plupart des pays mondiaux s'engageant à se battre contre le trafic de drogue. Parmi eux, la Turquie et l'?gypte voulaient inclure la marijuana dans la convention disant que sa consommation était à la base de la débilité humaine.

Bien qu'il ait probablement été utilisé commme drogue occasionnelle durant son histoire, c'est parmi la scène jazz des années 1950 qu'on le vit devenir populaire, avec une forte augmentation de son utilisation pendant les années 1960.

Le reggae, popularisé par Bob Marley, est aussi un vecteur direct d'idées pro-cannabis et le fait que ce courant musical soit aujourd'hui mondialement connu contribue à faire rayonner la marijuana malgré une législation défavorable de la plupart des pays.

2005 marque cependant un tournant majeur dans l'histoire du cannabis puisque, avec l'assouplissement de la législation de certains pays - notamment le Canada et le Royaume-Uni -, la prescription médicale de THC étant autorisée, des laboratoires pharmaceutiques ont pour la première fois acheté officiellement du cannabis au Maroc - pays évalué par l'ONU comme le principal producteur.

2. Religion

On retrouve aussi à partir du XIe siècle et pendant tout le Moyen ?ge, en Perse et en Syrie, l'existence des Hashâchine (ou « H'ashashine », tels que les nommaient les Croisés), du mot « assas » signifiant le fondement. Ces membres d'une secte shii'te ismaélite d'assassins, créée en 1094 et dirigée par Hassan al Sabah' (aussi appelé le « Vieux de la Montagne ») à Alamout au sud-ouest de la mer Caspienne, consommaient du haschisch fumé pour se conditionner avant de réaliser leurs actes.

Certaines sectes de sâdhu consomment rituellement du haschisch pour déchirer le voile de l'illusion (la maya). Les sâdhu sont présents en Inde depuis plusieurs milliers d'années.

De même, la communauté rastafari considère le cannabis comme un moyen de méditation et de réflexion spirituelle. Considérant que « l'arbre de vie » décrit dans la Bible désigne le cannabis, consommé comme un sacrement permettant l'élévation vers Jah (Dieu), ce qui, contrairement à la croyance populaire, n'encourage cependant pas à la consommation de drogue.

C'est le gangisme, mouvement dérivé du rastafarisme, qui prône l'usage du cannabis.

3. Pharmacologie

Voir les articles détaillés : cannabinoïde et tétrahydrocannabinol.

Bien que la principale substance psychoactive contenue dans le cannabis soit le tétrahydrocannabinol ou THC, cette plante contient plus de soixante cannabinoïdes qui participent de manière synergique à l'effet du principe psychotrope.

Certains cannabinoïdes permettent d'identifier l'origine géographique du produit. On sait ainsi que l'herbe ou la résine issue du Pakistan contient une forte quantité de tétrahydrocannabivarin, molécule possédant une queue propyl à la place de la queue amyl du THC.

L'herbe sauvage de cannabis contient habituellement entre 0,5 et 5 % de THC dans les parties sommitales femelles à maturité. La sélection variétale et l'évolution des techniques de culture (telles que la culture hydroponique ainsi que la transgenèse) ont produit des variétés titrant jusqu'à 25 % de THC. La teneur en THC est aussi affectée par le sexe de la plante : la plante femelle produit des fleurs contenant plus de THC que son homologue mâle. La sinsemilla (de l'espagnol signifiant « sans graine ») est une plante femelle non fécondée par du pollen et a un rendement plus élevé que l'herbe grainée. Les cultures à visées thérapeutique et récréative ont généralement une haute teneur en THC ; à l'inverse, les cultures réservées à l'industrie ont une faible teneur en THC.

Precedent - Suite

Publié sous GNU Free Documentation License. Voir l'article original d'après l'article de Wikipedia ainsi que la liste des auteurs.

bottom

Copyright 2005 - 2018 © Haschich.com

Hosted on RPS