L'haschich


Le haschisch est le nom courant de la résine de cannabis. L'étymologie de ce mot est contestée mais il est avéré que le mot haschisch est d'origine arabe. Étymologiquement, il est à l'origine des nizarites.

En argot, le haschisch se dit hasch, chichon, teuteu, matos, shit, teshi, bédo, charrass, etc.

Sommaire
1 Histoire
2 Fabrication
3 Conditionnement
4 Legislation
5 Variétés
6 Consommation

1. Histoire

Le haschisch est un produit manufacturé issu du chanvre indien ou cannabis sativa indica.

Plants de cannabis

Depuis l'Antiquité, les humains consomment le haschisch par ingestion. Les quantités ingérées sont de l'ordre de quelques grammes par prise et la consommation moyenne est d'environ dix grammes par jour.

Au XIXe siècle, ce psychotrope connaît une certaine vogue dans les milieux artistiques parisiens. Des médecins, des artistes et écrivains se réunissent pour l'expérimenter, dans un hôtel particulier parisien au 17 du quai d'Anjou. C'est le Club des Hashischins, qui fut fondé en 1845 par le médecin Moreau de Tours. La mode est alors à la consommation sous forme de dawamesk, c'est-à-dire une confiture orientale confectionnée à partir de l'extrait gras des inflorescences. Plusieurs ouvres littéraires témoignent de ces séances : Club des Hashischins de Théophile Gautier est l'une d'elles. Arthur Rimbaud ou Paul Verlaine sont également réputés pour avoir été des consommateurs invétérés, ils associaient de plus la consommation du haschisch avec celle de l'absinthe.

Aujourd'hui, le haschisch n'est plus beaucoup consommé par ingestion dans les pays occidentaux car ce mode de consommation modifie la cinétique de l'ivresse cannabique. Les premiers effets ne se font ressentir que plusieurs dizaines de minutes après la prise. Ils sont beaucoup long à se dissiper que ceux obtenus par une consommation sous forme de cigarette. Cet important laps de temps entre la prise et les effets et entre l'arrêt de la consommation et le retour à un état normal cantonne la consommation par voie orale à de rares occasions.

Compte tenu de l'affinité entre le THC et les matières grasses et l'alcool, le haschisch se prête toutefois bien aux expériences culinaires. Laurence donne d'ailleurs une cinquantaine de recettes dans Je cuisine au cannabis.

Quand aux assertions comme quoi le taux de THC contenu dans le produit serait très largement supérieur à ce qu'il était à l'origine (environ dix fois), elles sont invérifiables. Que l'évolution de la consommation mondiale ait poussé les fabricants et les intermédiaires à élaborer des recettes plus rentables en coupant le produit avec des substances pas forcément nobles est en revanche avéré.

Ce qui donne au haschisch son goût âcre et amer, c'est la matière végétale dont il est tiré.

La consistance, soit très grasse et collante, soit très sèche et solide, est étroitement liée au mode d'obtention du produit.

Le haschisch est depuis sa démocratisation de la deuxième moitié du XXe siècle surtout fumé, sous diverses formes telles que joint, pipe à eau, pipe en terre cuite en métal ou en bois, chalice, etc.

2. Fabrication

La production de drogue dans le monde

La résine de cannabis est issue des fleurs que porte la plante femelle (les pieds mâles produisent moins de THC).

Les fleurs sont plongées dans un récipient contenant des excipients chimiques et naturels. Après malaxage et chauffe, on obtient une pâte brun-vert à noire qui, après refroidissement, se solidifie et forme le haschisch.

La technique traditionnelle consiste à battre les sommités fleuries, une fois séchées, sur un grand drap. Au début du battage, seules glandes de résine parviennent à franchir le tissu. La poudre récupérée sous le drap est ensuite compressée sous forme de plaques : c'est le haschisch. Une telle scène est décrite par Henry de Monfreid, dans La Croisière du haschisch.

Du fait de la grande variété des excipients utilisés les résultats sont assez hétérogènes et plus ou moins toxiques pour l'humain. Parmi les excipients souvent usités on trouve : Cirage, pneu, savon, caoutchouc, huile de vidange, paraffine, etc. pour ce qui est des produits chimiques, et : Déjections animales diverses, henné, charbon de bois, tabac, café, sang animal, etc. pour ce qui est des produits naturels.

Attention, il ne faut pas confondre le haschisch avec le skuff.

Suite

Publié sous GNU Free Documentation License. Voir l'article original d'après l'article de Wikipedia ainsi que la liste des auteurs.

bottom

Copyright 2005 - 2017 © Haschich.com

Hosted on RPS